Costumes traditionnels Cambodgiens

Le costume traditionnel du Cambodge a toujours su charmer les yeux de par ses richesses, ses couleurs et ses formes. Petit tour d’horizon des habits traditionnels du pays, à la découverte de ces prouesses de création.

 

Le Krama

Accessoire incontournable de la coiffure cambodgienne, il est le symbole même du pays en termes de tenue traditionnelle. À l’origine, il était taillé dans un tissu blanc à carreaux rouge ; aujourd’hui, il existe pléthore de coloris. Il est porté par tous – enfants et adultes, sans distinction de genre.

Une seule distinction existe : la matière dans lequel est taillé le krama. Seuls les plus riches avaient la possibilité de s’offrir une coiffure de soie, portée généralement pour les fêtes et les cérémonies. Pour les jours normaux, il est fabriqué en coton.

D’ailleurs, le krama ne sert pas uniquement de couvre-chef, mais également de foulard, de porte-bébé, ou encore de ceinture, et j’en passe. Autrefois, ils pouvaient mesurer jusqu’à plusieurs mètres. Aujourd’hui, ils font en moyenne un mètre quarante sur soixante-dix centimètres. Les tailles varient cependant selon les régions, ainsi que les couleurs, signes distinctifs pour déterminer l’origine de son propriétaire.

 

lien de la source photoCapture d’écran 2017-06-06 à 11.59.19.png

Le Sampot

C’est en observant attentivement les costumes que portent les statues Khmères depuis le VIème siècle que l’on a pu suivre l’évolution des tenues. À cette époque, la variété de costumes reste limitée au Sampot, le caleçon, ou pantalon, masculin. C’est un vêtement porté de la période pré-angkorienne à la période moderne, tout en évoluant doucement, influencé par l’Europe. Les matériaux utilisés changent, et les couleurs varient peu à peu.

Ce vêtement se porte léger et court, enroulé autour de la taille et fixé par une ceinture. Son pan tombe sur le devant, forme un pli qui est passé entre les jambes pour ensuite être attaché à la ceinture, dans le dos.

 

lien de la source photo

Capture d_écran 2017-06-06 à 10.44.23

IMG_0347

Le Sarong

Cette pièce de tissu portée à la taille est aussi bien utilisée par les hommes que par les femmes. Il possède de nombreuses variations selon les pays où il est répandu : au Laos, en Thaïlande, en Indonésie, etc. Le sarong khmer est un peu particulier par rapport à ces homologues d’ailleurs.

Porté les jours de fête pour se rendre au temple, il se distingue par des formes géométriques et un tissage suivant expressément les méthodes de l’Ikat. C’est un procédé d’origine indonésienne qui signifie « nouer ».

Confectionné dans différents matériaux, les cambodgiennes favorisent tout de même la soie afin de se parer pour les événements importants tels que les anniversaires, les mariages ou les décès ; et le coton pour la vie quotidienne. Malgré le coût de la soie, une grande importance est accordée à la tenur pour les fêtes religieuses.

Dans certains villages, cette tradition est devenue un véritable artisanat, permettant ainsi aux étrangers de passage de découvrir la façon d’utiliser les métiers à tisser au bas de nombreuses maisons traditionnelles cambodgiennes.

Dans un tout autre registre, cette tenue peut être utilisée pour se laver, cette pratique étant encore fréquente dans les campagnes du pays, ou les habitants se lavent dans les rivières ou ne possèdent du moins pas d’espace intime pour faire leur toilette.

 

lien de la source photo

Capture d’écran 2017-06-06 à 11.29.24.png

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s